x

Worry Blast / Press

“Formed only in 2010 with a passion for AC\DC and Airbourne which is ever so slightly evident in their sound, Swiss band ‘Worry Blast’ play early in the evening to a small crowd (the rest we assume are still next door in the Cro-Bar sinking beers). Their passion and thus playing style musically is very, very reminiscent of early AC\DC and current day Airbourne with lead guitarist Allan Claret wearing shorts, playing his SG guitar up high and moving around in an Angus Young style. Vocalist Mat Petrucci adds a bit if grit with his vocals and at times has a Hetfieldesque growl thrown in as well. Special mention as well goes to drummer Lucas Collaud whose energetic performance is overshadowed only by his appalling taste in wet-look leopard print spandex trousers! Overall they put on a good performance, the small crowd receive them politely and with broken English, they thank the crowd for listening and to JSS for taking them on tour.”

“Worry Blast are a young band from Switzerland and have a definite AC/DC and Airbourne vibe about their music…all positives in my book. They had great stage presence, which was made even more impressive when we found out after their set that there were a few technical difficulties with the sound on stage and they couldn’t hear themselves properly…prompting them to comment that they thought they did a bad gig! Well if that’s Worry Blast’s idea of having a bad gig, I’d sure as hell love to see a good gig by them as I thought they were fantastic. I’m sure Roki (the guy responsible for bringing the Tivoli back to its glory days as THE music venue to go to) had his heart in his mouth when vocalist/guitarist Mat Petrucci climbed atop the speakers for part of one song, but a safe dismount meant that the show continued without any unforeseen mishaps! Worry Blast are definitely a band to keep an eye (and both ears) on !”

“WORRY BLAST est un quatuor suisse qui nous propose un bon vieux hard rock old school des familles assez teigneux, pas bien éloigné de ce que propose AIRBOURNE. « Break out from Hell » est le premier album de ce groupe fondé en 2010. L'ambiance est donc à un hard rock à l'australienne, avec une certaine fougue qui rapproche les Suisses de leurs collègues d'AIRBOURNE comme je le disais plus haut mais bien sûr l'ombre d'AC/DC plane ici autant que chez les « jeunes » Australiens. On a principalement des mid trempo dynamiques et efficaces qui brisent la nuques et usent les chaussures à force de taper du pied. Mais le groupe se permet aussi d'utiliser aussi des choses plus purement rock comme le piano honky tonk sur « Saints tell no prayers » ou de la slide bluesy en intro de « Back in town » qui va clore l'album de façon ultra puissante. 2 des chansons de l'album empruntent aussi le même type de riffs que l'intro de « Thunderstruck » c'est « Get ready » et l'excellen”

VS-Webzine

“Dès la première écoute on se sent directement propulsé dans une ambiance rock sudiste à la Molly Hatchet. Mieux encore, fermez les yeux et vous verrezr de magnifiques cow girls en chemise carottée moulant ! (ces fantasmes n'engagent que moi) Worry Blast c'est avant tout une gang de jeunes qui nous délivre un rock puissant, tant dans les riffs que dans la voix. Le piano apporte une touche blues supplémentaire, c'est certain, vous n'allez pas être déçu. L'album de Worry Blast "Break Out From Hell" est disponible ! Posted : 26-Jan 2014 by swissmetalbands troop Salut à tous ! En ce début d'année 2014 Worry Blast a le plaisir de nous livrer une pépite en matière de Rock'n Roll avec son nouvel album "Break Out From Hell" ! Disponible sur chamosound.ch ainsi que iTunes. Dès la première écoute on se sent directement propulsé dans une ambiance rock sudiste à la Molly Hatchet. Mieux encore, fermez les yeux et vous verrezr de magnifiques cow girls en chemise carottée mo”

“Le Sunset Bar relance sa saison de concerts ce vendredi soir, dès 21 heures, avec dans l'ordre d'apparition, les Martignerains de Worry Blast. Avec leur galette encore fumante, "Break out of Hell" tout juste sortie des fours du Roystone Studio de Charrat, ces quatre garçons ont faim de scène et au Sunset, avec leur son façon AC/DC et largement inspiré du metal des eighties, ils se sentent comme à la maison.”

Nouvelliste - Live @ Sunset

“Une section batterie/basse qui trace une autoroute électrique, des guitares qui zèbrent de leurs décharges des cieux orageux, une voix passée au papier de verre... Une recette de grand-père ¬ à défaut de grand-mère active dans le style ¬, celle qui a fait d'AC/DC le monument le plus massif du hard rock, celle qu'un jeune groupe de Martigny applique avec un savoir-faire bluffant... Worry Blast, c'est le nom de ce quatuor très efficace, sort un premier album granuleux, saisi en live au Roystone Studio de Charrat, intitulé "Break Out From Hell". Un titre sorti droit du début des "eighties", avant que les brushings laqués, les soli sans queue ni tête, et les collants en Lycra ne transforment les groupes du genre en baudruches pathétiques. Formé en 2010, Worry Blast s'est rapidement fait une place à part sur la scène valaisanne, à force de concerts bruts de décoffrage.”

Nouvelliste - Album Release

“Dès le départ, c’est énergique et carré. Si bien qu’à chaque note on sent des références solides du style AC/DC ou pour ne citer qu’eux, Gotthard. En effet, le groupe ; âgé de tout juste 3 ans ; n’a pas peur de puiser dans ce qui ce fait de mieux dans la musique rock. Le quatuor suisse est excellent et l’osmose que Mat Petrucci (chant/guitare) arrive à créer entre eux et le public montre encore plus leur capacité scénique. À voir les personnes dans la salle, tout le monde a vraiment l’air subjugué par ces jeunots qui balancent une musique artistiquement splendide. En effet, les Suisses varient les breaks et les mélodies de façon ultra magistrale avec une technique a couper le souffle. Une entrée en matière qui place Worry Blast dans les plus grands noms du genre. D’ailleurs, après la leçon scénique que ces petits jeunes viennent de nous donner, il ne serait pas étonnant de les voir très bientôt sur des grandes scènes de festival.”