x

Jack Face / Press

“ Alors en fait, les mecs réussissent un album très compact, même si les influences sont aussi diverses que PANTERA, DOWN, BLACK LABEL SOCIETY ou MASTODON. Finalement, JACK FACE est un peu le pont ou le lien manquant entre ces différentes formations. Le groupe balance pour démarrer un titre à la PANTERA " Excess " puis place en piste cinq une composition lourde et alambiquée (" Ethanol ") que ne renierait sans doute pas MASTODON. Le son et la productions sont brillants (produit par Terje Refsnes) et le groupe a déjà à son actif deux démos en 2005 et 2007 et un MCD en 2010, ce qui leur confère une certaine expérience. Et donc si vous cherchez un truc hyper calorique et gras comme la poutine, pas la peine d'aller au Canada, JACK FACE vous attend ici au pays des mangeurs de grenouilles !”

“Alors je dirais "bim" et re-"bim" et re-claque dans la gueule et wouah ! Une bière pour récupérer et on continue la distribution de claques ! C'est du lourd, du très lourd ça pulse sévère !”

“Groovy en Diable, l’album est suffisamment varié pour maintenir l’envie de headbanguer et de décalucher de ruisselantes roteuses de sa première à sa dernière seconde, sans avoir la prétention de révolutionner quoi que ce soit. Mosh-Part, mid tempo, quelques solos grinçants ici et là, riffs affûtés et clairement calibrés pour la scène (je n’ose imaginer le carnage d’un Stink sur les planches), rythmique qui va droit à l’essentiel mais qui sait s’habiller de nuances, tous les ingrédients du thrash moderne se retrouvent sur Strange Birds et font de lui ce type d’album que l’on se plaira à s’envoyer régulièrement, pour le plaisir simple de l’efficacité agressive. Production grasse et baveuse, structures brise-nuque, Jack Face s’exprime avec maîtrise de son propos, et résonne comme un instantané musical de 4 bougres qui avaient envie de se faire plaisir, et dont la conviction bienheureuse est communicative.”

“A l'écoute, une seule chose est perceptible : le plaisir de jouer fort et dur entre potes sur une scène minuscule au fond d'un bar crasseux qui pue la bière renversée et la sueur des pogos. La production bien grasse, très live et en même temps très pro y est pour beaucoup. Mais pas seulement. Ces 4 lascars font preuve d'un tel enthousiasme que leurs compos mêlant Thrash et Sludge avec quelques incursions Black / Death en deviennent aussi festives que du RED HOT CHILI PEPPERS... Une méchante patate en plus et les balades commerciales en moins! Directe et jouée avec les tripes, la musique de JACK FACE n'est pas simpliste pour autant : jamais le groupe ne se repose sur des plans répétitifs. Il y a toujours un solo, un changement de rythme un nouveau riff pour vous maintenir en alerte constante et ceci sur chacun des 8 titres malgré leur durée qui peut franchir les 6 minutes.”

“groovy, authentique et je cite "aussi crade qu'un trottoir pendant la grève des éboueurs!”

“Et c’est avec une grande satisfaction et un grand respect que je découvris un skud, tout ce qu’il y a de plus sérieux, notamment au niveau de l’ArtWork (travail réalisé par le très talentueux SLO, dessinateur de la très belle BD « MetaManiax ») . Surtout rangez vos épées et autres allégories aux dragons en tout genre, ici nous avons droit à un skud de Thrash Old School des familles. Rien que le premier titre « Excess » et son Riff d’intro dégoulinant de Groove Thrash’N’Roll, vous fera comprendre la direction des Jack Face. Tout au long de l’album, les changements de rythmes variant, on passera du blast de « Radiant Sun » aux pentatoniques groovies implacables du titre phare « Strange Birds ». Pas une minute je ne me suis ennuyé tant Jack Face usera de très bon arrangements, tout aussi rythmiques, mené de mains de maître par Paulus, que par les guitares très souvent et astucieusement harmonisées par Romain et Bud, ainsi que la basse, discrète mais”

“Il faut dire que le disque recèle de bons petits brûlots délivrés avec hargne et qui donnent envie de secouer la tête dans tous les sens.”

“Là ils pratiquent du thrash style groove metal à la sauce des 90’. Du coup on pense à Pantera, mais… Outre le fait que leur metal soit usité jusqu’à la corde et que pourtant il raisonne bien, voilà ce qui se passe : Ils mêlent à leur musique, de petites sonorités qui rappellent parfois Entombed (le death n’ roll suédois), mais également des consonances black metal . Effectivement ces gars originaires de salon de Provence, aiment Pantera, slayer, Machine head, mais aussi…Entombed, Death, Mayhem. En plus ils apprécient le sludge et le stoner à la Clutch. Alors l’air de rien, même si le thrash « moderne » reste la colonne vertébrale de leur pulsations, on sent, entre les lignes un trés trés léger parfum issu de certaines des formations dont je viens de parler. Du coup cela donne une certaine profondeur à leur metal. Autre point fort, ils aiment à travailler des riffs qui tiennent vraiment la route. Groove est souvent au rendez-vous”