x

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your ReverbNation experience.

The Imaginary Suitcase / Press

“Het beste wat Laurent Leemans ons al liet horen.”

“Si le temps de l’uniformité n’est pas encore venu, il s’est un peu moins dispersé ici et cette convergence est finalement rassurante. C’est sans doute aucun la preuve d’un style qui s’affirme.”

“Y a-t-il plus beau témoignage des qualités d'un songwriter que d'avoir écouté son disque des dizaines de fois alors qu'on n'apprécie guère sa voix...”

“Voor de zanger en gitarist van Ceilí Moss zowaar een stijlbreuk, maar één die kan tellen. Goed vijftig minuten lang meer dan de moeite waard.”

“Mais pour mieux découvrir ce singulier artiste le mieux est encore de lui donner la parole, ça tombe bien il est ici avec nous..”

“Dans son Imaginary Suitcase Laurent Leemans transporte ci et là un dark folk de grande qualité, porté par une interprétation tout en tension retenue et empreinte d’une immense puissance émotionnelle qui ne peut que vous faire craquer et vous donner l’envie de replonger dès le dernier titre dans cet univers singulier en repoussant sur la touche play… Un très bel album !”

“Overall I really like how different this album sounds from any other album I've ever heard before. Powerful words, interesting mix of instruments, and vocals of an acquired taste.”

“En dus vroegen we Laurent om een woordje uitleg bij zijn inspiratie en zijn teksten voor zijn laatste cd ‘Driftwood’. We kregen prompt antwoord,..”

“Laurent Leemans toont weerom aan dat hij met minimale middelen een gevoelige snaar weet te raken, eentje die nog even blijft nazinderen.”

“An intense an introspective release offering a reflective on life.”

“Après la kronik, voici venu le temps de l'interview en compagnie de Laurent, initateur du projet The Imaginary Suitcase, histoire de prolonger un peu le rêve...”

“Das Tempo ist eher slow, doch Leemans bringt auch dunkle Elemente mit ein. Bei seinen Einflüssen gibt er unter anderem Joseph Arthur, The Smiths, Wovenhand und Paul Roland an. Neben akustischer und elektrischer Gitarre kommen auch eine (zitherähnliche) Autoharp und Percussion sowie einige skurrile Geräuschquellen (siehe Line-up) zum Einsatz.”

“Une balade dans un Sud aride, malsain, la guitare caracole, croisant au passage quelques membres de Wilco, Son Volt et autres adeptes d'un alt.country rugueux, quant à la voix, râpée comme blessée par un cactus malveillant, elle s'insinue pernicieusement dans ton encéphale pour agresser tes nerfs cérébro-spinaux.”

“Oui, ça part un peu dans tous les sens quand on détaille les genres, de la balade presque celtique à quelques inclinaisons cold ou de l’americana de chez nous. Quant au contenu, eh bien il faut convenir que le principal attrait reste la voix de Laurent. La versatilité et le goût des découvertes est lui aussi toujours là.”

“A while ago I've discovered the music of The Imaginary Suitcase which affected me in a curious way. When you listen to their songs you maybe understand this. It's also the reason why I asked Laurent Leemans, the musical head of The Imaginary Suitcase, to answer a few questions about their work ...”

“Cette "fièvre de la pleine lune" dont le titre même évoque le vaudou, les bayous, Dr John ou John Fogerty est un virus fulgurant, transmissible par simple écoute et résistant à tous les vaccins connus. Les symptômes en sont la chair de poule qui vous saisit, bientôt suivie d'un état de transe puis de l’irrépressible besoin de machinalement tel un zombie remettre le disque encore et encore, redoutable!”

“Autant inspiré par les musiques traditionnelles celtiques que par les sonorités blues et rock américaines, The Imaginary Suitcase invite à l’évasion avec ses douze compositions minimalistes mais riches en sonorités. Une intensité expliquée par les arrangements de l'album mais aussi par la voix de Leemans au timbre grave et au placement inspiré notamment par le grand Brel pour le titre A une passante, adaptation d’un poème de Baudelaire.”

“Still haunted with that Dave Gahan timbre, Leemans travails are laid bare over languish (almost lazily out-of-step) percussion, gnarling, grime-y guitar vibrations and maudlin melodies. Steely and bleak romantic sulks include the experimental Nick Cave-esques opening account, ‘Yer Mother’, and twanged Crime And The City Solution like spiteful lament, ‘It Is He’. Whilst glimmers of a less tortured prose and sound include the higher pitched vocal (quasi-Muse meets Nina Simone) ‘Moonlight And The Water’ and the romantic tremolo swan song, ‘Every Little Thing’.”

“Théâtral et hanté, très varié, cet opus voyage au cœur de paysages souvent plombés par un ciel orageux, mais où quelques éclaircies sont les bienvenues. Si « Frozen Feathers » aurait pu, par exemple, naître de la fusion charnelle entre les Levellers et Wovenhand, on songe parfois aussi aux Virgin Prunes.”

“Left to breathe naturally, stark and wallowing in despair, the vocals are striking throughout as Leemans travails a debris-smattered landscape, populated by Depeche Mode (hints of a Flanders sounding Dave Gahan on ‘The Punchline’) Rowland S. Howard and The Levellers (especially on the country twanged but folksy dark balled ‘Blink’).”

“‘Putting Things On Top Of Other Things’ is de gekwetste ziel, gekleed in verschillende jasjes van instrumenten. Een liveperformance van The Imaginary Suitcase zou daardoor nog verrassender zijn dan de cd.”

“8 titres brulants où la folk chauffe des braises dark prêtes à faire des étincelles. Le phrasé de la voix de Laurent Leemans, quelque part entre Simon Huw Jones (And Also The Trees), Brendan Perry (Dead Can Dance), David Eugene Edwards (16 Horsepower), Rowland Stuart Howard (Crime & The City Solution) est très habité et inspiré. Comme le comédien absorbé par son personnage, Laurent interprète ses chansons avec beaucoup de classe et de force émotionnelle. Il est possédé par l’esprit de la nuit.”