Logged In As Admin: {{reverbUser.name}}, Acting As: {{reverbPageObject.data.name}} ({{reverbPageObject.data.type}})
 
x

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your ReverbNation experience.

Laurent Zerat / Press

“Ca commence sur une intro de percus à la Steel Dan("Do it again"), histoire de planter le décors. Du Roc cool, genre californien, chanté en anglais et en français par un Frenchy, docteur de son état, qui connait son rock seventie sur le bout du stéthoscope. "Gimmie a reason" bâti sur la même trame que la version de "Stedy Rollin' Man" par Clapton ou la reprise de "The Partisan" de Cohen montrent le bon goût de l'homme en matière de musique-et, apparement aussi, de filles...”

“Il a commencé à apprendre la guitare classique en 1966 et s’est mis à l’électrique cinq ans plus tard, a monté son petit groupe de potes avec un certain Louis Bertignac qui allait entre autres rejoindre Jacques Higelin quelques années plus tard et s’est finalement mis à la batterie mais aussi à la médecine, un art dont ses patients le remercient bien entendu, mais que ses fans regrettent peut-être quand même un peu tant Laurent Zerat semblait avoir de choses à dire dans le rock … Brillant interne à New York, le Doc y travaillera aussi sa culture à grand renfort de Miles Davis, James Brown et autres Mink DeVille et finira par rentrer à Paris où il sera un médecin plein de passion pour son art mais aussi plein de notes dans la tête. C’est finalement en 2000 que s’opèrera le virage, quand un besoin de se ...”

“Evénement aujourd'hui avec le retour de Laurent Zerat , vainqueur de notre Deblocd'or en 2012 avec son premier album "Route 55" (relire la chronique). Le revoici avec sous le bras le tout frais "Women", même pas encore sorti à l'instant où j'écris ces lignes mais déjà disponible sur son site (laurentzerat.net). Un nouvel album qui comme le précédent fait la part belle aux guitares qui sonnent, au son pop/rock West coast, où l'on trouvera aussi des pointes folk, soul, blues, country. Notons aussi que sur la moitié des titres Laurent a choisi de s'exprimer en français. Cela donne de bons textes comme "Humanité" sur cette humanité qui part en quenouille, porté par une guitare faussement nonchalante à la JJ Cale, ou encore "Pour le meilleur ni pour le pire", une tranche de vie un peu coquine voire hot, le folky "Tout ce que tu veux savoir", l'émouvant "Est ce que c'est toi?" ou encore "Les femmes ne pourront plus" et ses portraits de femmes (autobio?)...”

“LA CHRONIQUE, ON THE ROAD (55) AGAIN: C'est un personnage atypique et attachant comme nous les aimons au Deblocnot qui est notre invité aujourd'hui, Laurent Zerat dit "Le Doc", qui vient à 55 ans de sortir son premier album intitulé "Route 55". Clin d'œil à la fameuse "Road 66" et aux grands espaces ainsi que l'illustre la belle jaquette. Philou après une première écoute m'a dit "on sent le passionné qui s'est fait plaisir" , c'est tout à fait ça; alors même si tout n'est pas parfait, mais nous y reviendrons, la démarche inspire le respect et mérite toute notre attention. A suivre sur le lien... ”

“Laurent Zerat est un chanteur qui mérite qu'on prenne le temps de l'écouter. Il débuta comme bassiste de Louis Bertignac dans les années 70, fit ses études de médecine, devient cancérologue, et repris par sa passion en 2000 apprend à chanter, travaille beaucoup avec des pros, en particulier Marco Beacco, se rode sur scène. Il compose, s'accompagne à la guitare. Entouré d'une belle brochette de musiciens: DavidSalkin, batterie, Olivier Brossard basse, François Delfin gui-tare, e t David Mirandon aux percussions. 9 originaux et une reprise de David Crosby "Long time gone". C'est du rock qui accroche. www.laurentzerat.net ”